Projets achevés

Organe responsable: éducation21

A l'occasion de l'année de l'ONU consacrée à l'apprentissage des droits humains, la Fondation « éducation21 » lance un programme sur plusieurs années pour des projets scolaires. Les écoles qui souhaitent approfondir ce thème peuvent participer à ce programme et demander un soutien financier pour leurs activités. Au sein des projets sont abordés et mis en corrélation divers aspects des droits humains. Cela permet de saisir les contextes et interdépendances ainsi que d'approfondir différentes valeurs humaines. La FED est responsable de la mise en oeuvre opérationnelle de ce programme; elle étudie et ratifie les projets. La FED a acquis une longue expérience du processus de demande. Dans le cadre du programme, les écoles qui y participent sont conseillées et accompagnées par ses centres régionaux. Par ailleurs, la Fondation propose du matériel didactique en ligne au sujet de la «sécurité humaine» et des exemples de good-practice. Le lancement de ce programme prévoyait un marketing bien ciblé. Divers offices nationaux soutiennent ce programme.

Expériences faites

Le programme qui, à l’origine, devait être réalisé jusqu’à fin 2010 a été prolongé et s’est achevé à fin 2013. Les écoles ont présenté 61 projets, dont 43 ont pu être encouragés et réalisés. Plusieurs milliers d’enfants et d’adolescents ont pu se familiariser avec les aspects des droits humains. Grâce à la participation active des spécialistes, les participants ont pu discuter de manière approfondie, et on peut s’attendre à des effets durables. Au vu des expériences faites, un nouveau concept a été développé et sera mis en œuvre dans le cadre du programme « Education aux droits humains » de la Fondation « éducation21 » nouvellement créée. Dès 2015, des projets promouvant une véritable participation active des élèves seront encouragés, projets qui thématiseront les droits humains, tout comme les droits de l’enfant en Suisse et/ou dans le monde ou encore qui complèteront le contenu d’enseignement existant à propos des droits humains ou de ceux des enfants. L’encouragement d’activités éducatives permettant d’approfondir les droits humains et les droits des enfants à l’aide d’exemples concrets figure au premier plan. Parmi les nombreuses possibilités offertes par ce programme, citons notamment la visite à d’organisations de défense des droits humains, l’invitation d’experts ainsi que la mise en œuvre d’offres proposées par des acteurs extra-scolaires.

www.education21.ch

Coordination du projet
Jürg Schertenleib
Email: Juerg.Schertenleib( )education21ch

Organe responsable: Wort & Ohr, Luzern und Pressebüro Seegrund, St. Gallen

Le projet prévoit la production de Radionovela (feuilleton radiophonique) en 20 épisodes. Radionovela thématise, dans le contexte d’un cours intensif, les particularités de la Suisse auxquelles les immigrés sont confrontés dans leur vie quotidienne, par exemple face aux autorités, lors d’une recherche d’emploi ou en matière de cohabitation avec les voisins. Le fil rouge de Radionovela illustre les efforts plus ou moins motivés que fournissent les participants au cours pour s’établir en Suisse. En parallèle, des destins personnels et particuliers, les rêves et les espoirs des protagonistes étoffent les différents épisodes.

Radionovela a pour objectif qu’un large public d’auditeurs s’intéresse à la vie des migrants et prenne conscience des problèmes auxquels ces derniers sont confrontés. Dans ce contexte, la migration devrait faire l’objet d’une discussion et d’une réflexion publiques. Radionovela a été développé et réalisé avec la participation de migrants et de professionnels.

Ce feuilleton en 20 épisodes comporte par ailleurs du matériel didactique permettant d’intégrer les thèmes abordés dans des cours d’intégration ou des écoles.

Expériences faites

Les 20 épisodes prévus ont pu être réalisés, en procédans selon un processus participatif avec des migrantes et migrants. Depuis lors, la novella a été diffusée par 10 radios régionales ou locales, à différents intervalles. Parallèlement à cela, des supports de cours ont été créés. Un dossier contenant les pièces radiophoniques et les documents d’accompagnement a été distribué aux écoles et bureaux d’intégration. De plus, le matériel a été diffusé à une plus grande échelle via les canaux internes de Caritas et de l’OSEO. Tous les épisodes ainsi que le matériel sont disponibles gratuitement sur le site Web. La documentation peut également être commandée.

L’un des points forts du projet est la combinaison entre les pièces radiophoniques offrant une expérience immédiate tout en restant disponibles sur le long terme et les documents d’accompagnement, qui permettent un approfondissement des thèmes traités dans les épisodes audio. De cette manière, il est possible d’atteindre non seulement différents groupes de personnes mais également les institutions. Le contenu démontre en outre le potentiel des populations migrantes et donne du courage à s’engager. Cela aide également à éliminer les préjugés et les obstacles institutionnels afin d’augmenter la participation des groupes cibles à la vie publique.

www.crashkurs-schweiz.ch

Coordination du projet
Christine Weber
E-mail: info()wortundohr.ch

Organisme responsable : Théâter MAXIM

Le «théâtre MAXIM» est un théâtre interculturel à la Langstrasse à Zürich. Dans cet espace d'échange interculturel, les habitants du quartier créent des pièces de théâtre et les mettent en scène. Ce projet permet aux participants de faire valoir leur savoir-faire et leurs connaissances. Les différentes pièces se réfèrent à des débats et à des événements d'actualité et reflètent souvent les expériences des participants. Elles illustrent les aspects de la cohabitation interculturelle. En créant et en jouant des pièces de théâtre ensemble, Suisses et migrants développent leur propre position politique et la transmettent à la population. Ainsi, le théâtre ne contribue pas qu'au développement individuel, mais de la société toute entière. Le «théâtre MAXIM» offre également aux habitants du quartier, qui n'ont que difficilement accès à la scène culturelle et théâtrale de la Suisse, un lieu de réflexion et de discussion. En tant que point de référence institutionnel, le «théâtre MAXIM» a également pour objectif de devenir l'interlocuteur des différents groupes de migrants de Zurich. À long terme, l'association transmettra à d'autres villes et régions ses expériences de la cohabitation et de la coopération dans un quartier multiethnique de la ville de Zurich.

Expériences faites

La grande majorité des objectifs fixés ont été atteints, certains même dépassés. Grâce à la qualité de ses productions et de ses actions publiques, le „théâtre MAXIM“ a gagné une grande crédibilité. Tous les participants disposent de compétences professionnelles et montrent un grand engagement social et artistique. Les productions ont un lien direct avec l’actualité. De par la méthodologie adoptée, c'est-à-dire en impliquant tous les participants au développement du projet artistique, un style artistique original a pu être développé. Grâce aux productions et aux projets, des liens se sont tissés entre les structures des autochtones et de la population migrante, et un intérêt commun a vu le jour. Des activités spéciales sur le thème de l’interculturalité sont plébiscitées par des organisations du quartier. Des thèmes communs aux diverses communautés actives sont abordés et débattus dans des forums. Au total, 199 personnes de 58 pays ont participé au projet, et on pouvait compter sur la présence d’environ 4500 spectateurs lors des représentations théâtrales. Grâce aux performances, expositions et discussions thématiques sur 19 sites, comme aussi à la coopération et au conseil, le modèle « MAXIM » pourrait être reconduit dans d’autres régions. Dans deux communes, la création de groupes selon le modèle « MAXIM » est en discussion. Au sein-même de l’organisation « Maxim Theater », le processus participatif est devenu la base de tous les travaux.

www.maximtheater.ch

Coordination du projet
Claudia Flütsch
Email: claudia.fluetsch( )maximtheater.ch

Organe responsable : Association NEUCHÀTOI

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la 3e édition des manifestations interculturelles NEUCHÀTOI qui auront lieu en 2013. Son but est de montrer une image positive de la diversité culturelle dans l’espace public et de donner confiance pour vivre ensemble dans le respect du pluralisme. Pour mieux cerner cette thématique, 4 axes sont diffé-renciés. La CFM soutient l’angle citoyen de ce projet, à savoir l’axe « Dessiner l’avenir ». Il vise à encourager la citoyenneté active dans toute la population résidant dans le canton par des actions qui favorisent concrètement une plus grande démocratisation du processus décisionnel. L’effet espéré à plus long terme est une participation plus importante de tout un chacun dans les affaires publiques qui façonnent ce pays. Pour cet axe, des communes, des écoles et des associations de migrants et interculturelles réaliseront des projets:

  • qui améliorent la connaissance du système démocratique suisse
  • qui encouragent de manière concrète et explicite la participation politique
  • qui explorent des pistes favorisant un plus grand partage des prises de décisions.

Les projets seront intégrés au programme de NEUCHÀTOI 2013 et les activités des partenaires impliqués seront ainsi visibilisées et accessibles à un large public.

Expériences faites

L’axe 1 du projet « Neuchàtoi 2013 » entendait soutenir des activités favorisant la citoyenneté active, la participation politique ainsi qu’une plus grande démocratisation des processus décisionnels. Le projet a permis à 11 activités s’inscrivant dans cet axe de se développer. Ainsi, différents acteurs de la société civile ont eu l’occasion de prendre position sur des questions liées à la participation politique et d’ouvrir le débat à un large public, contribuant ainsi à encourager la participation de l’ensemble de la population à la vie publique. En outre, le projet a permis la mise en relation des différents partenaires du projet, favorisant ainsi la création d’un vaste réseau.
L’excellent travail de communication qui a accompagné le projet a permis de renforcer la visibilité des manifestations, mais aussi de fournir une plateforme aux différents acteurs de ces projets.
Encourager la participation politique de l’ensemble de la population est une entreprise de longue haleine dont les effets ne sont pas immédiatement visibles. Il s’agira donc pour l’Association Neuchàtoi de poursuivre ses efforts en tenant compte des enseignements tirés de cette édition 2013, notamment concernant les mesures à mettre en place pour toucher davantage les zones périurbaines. 

www.neuchatoi.ch

Coordination du projet
Ingela Geith-Chauvière
Email: ingela.geith-chauvière( )ne.ch

Organe responsable: Institut de recherches GFS

Le projet intitulé «Vivre ensemble en Suisse» vise à examiner, grâce à une enquête menée à intervalles réguliers, la manière dont la cohabitation est perçue en Suisse, aussi bien par la population suisse que par les étrangers. En 2008 un test préliminaire a été effectué; il a conduit à un remaniement du questionnaire. L'objectif de l'étude préliminaire, intitulée «Enquête vivre ensemble en Suisse», a pour but de réaliser l'enquête à trois reprises, avec des intervalles de deux ans (2010, 2012, 2014) en allemand, français et italien. 1'000 Suisses et Suissesses ainsi que 700 étrangers et étrangères seront interrogés à chaque fois. Les interviews prévus «face-to-face» (en tête-à-tête) ont une durée globale de 50 minutes. Un rapport sera établi d'abord sur chaque enquête effectuée, puis de manière globale sur les trois enquêtes. Ces rapports consigneront et analyseront les résultats des enquêtes. Sur la base de ces évaluations, des documents de base seront élaborés, qui permettront de déterminer s'il convient d'introduire cet instrument d'enquête à long terme.

Expériences faites

Les resultats des travaux effectués se trouvent dans le rapport.

Rapport succinct sur l’étude « Vivre ensemble en Suisse 2010-2014 »

Coordination du projet
Claude Longchamp
Email: claude.longchamp( )gfsbern.ch

Organe responsable : Bureau lausannois pour l’intégration des immigrés (BLI)

« La citoyenneté, ça s’apprend », se rattache à la campagne d'information « Votre Ville, Votre Vie, Votre Voix » de décembre 2010 à mars 2011. Cette campagne avait pour but d'informer et d'inciter la population étrangère et suisse à participer aux scrutins communaux de mars 2011. Malgré ces efforts, le taux de participation à ces votations fut très faible. Afin de contrecarrer ce désintérêt, la Ville de Lausanne a développé un dispositif complet qui informe la population sur ses droits politiques, qui l'encourage à participer à la vie publique et qui favorise la citoyenneté dans son ensemble. Le projet souhaite avant tout atteindre l'électorat étranger et les jeunes de 18 ans qui viennent d'obtenir le droit de vote. Il représente le premier volet de ce dispositif : une brochure et un bus itinérant donnent des informations avant chaque scrutin sur les droits politiques, un film présente comment ces droits peuvent être exercés, et un calendrier informe sur les différentes actions citoyennes proposées durant l'année. Ces outils seront utilisés pour les différentes activités de sensibilisation, organisées jusqu'en 2016.

Expériences faites

Le projet « Votre Ville, Votre Vie, Votre Voix » communique de façon perceptible l’invitation faite aux citoyens et citoyennes lausannois (notamment étranger) à participer à la vie locale et à utiliser leurs droits. Pour ce faire, plusieurs instruments ont été élaborés : un agenda des actions proposées, une brochure et un film sur les droits politiques, ainsi qu’un bus itinérant, aménagé de manière à favoriser les échanges et la prise de contact avec la population.

La diversité des manifestations proposées a touché un public diversifié. Les Lausannois-es d’ici et d’ailleurs ont été nombreux à participer aux rendez-vous. Cette bonne participation confirme que les habitants s’intéressent à la vie politique lorsqu’elle est rendue concrète, ainsi qu’aux démarches de proximité proposées dans leurs quartiers. Dès lors, le programme annuel proposé par le BLI est suivi par un public toujours plus diversifié. La Ville de Lausanne souhaite que cette opération débouche sur des actions à long terme,
toujours dans le but d’informer les Lausannois-es d’ici et d’ailleurs sur leurs droits politiques. 

www.lausanne.ch/bli

Coordination du projet
Anna Andreiuolo
Email: anna.andreiuolo( )lausanne.ch

Organe responsable : Société pour les peuples menacés

Les enfants de migrants tamouls sont généralement bien intégrés en Suisse. Mais au niveau social, ils restent souvent entre eux et se mettent en retrait des autres groupes. Ce projet a pour but d'encourager l'ouverture et l'engagement des jeunes tamouls issus de la deuxième génération de migrants dans la société civile et dans la politique. Le projet prévoit un programme de formation avec des ateliers de travail sur le système politique suisse, le leadership, l'organisation de campagnes, la mobilisation, la conduite de dialogue et de négociation et sur la gestion de projet. Ainsi, les participants acquièrent des compétences clés, qui leur permettent de prendre des responsabilités au sein d'institutions suisses et de la communauté tamoule, et d'exprimer leur propres positions et opinions. Des rencontres de connexion avec des personnes de la scène politique suisse et de la diaspora tamoule permettent aux participants de faire personnellement connaissance avec ces exemples et d'élargir leur réseau. Pour les différents modules, la «Société pour les peuples menacés» développe avec des spécialistes du matériel d'enseignement. Ce matériel sera accessible et mis à disposition des interessés.

Expériences faites

Les différentes activités élaborées dans le cadre du projet sont parvenues à éveiller l’intérêt des participants à s’engager politiquement et socialement, et à les motiver à assumer des responsabilités. Différents workshops ont permis à ces jeunes de développer des compétences clés qu’ils mettent à présent à profit de leurs propres projets.
Les participants au projet sont désormais activement impliqués aussi bien au sein des associations de la diaspora que dans les structures ordinaires suisses.  

www.gfbv.ch

Coordination du projet
Angela Mattli
Email: angela.mattli( )gfbv.ch

Organe responsable: Haute école du travail social – Centre de compétence Migration et coopération au développement

Ce projet constitue la deuxième partie du projet « Faire partie plutôt qu’être divisés » et met en œuvre une étude de faisabilité. Le canton, la ville de Lucerne ainsi que les communes d'Hochdorf, Wolhusen et Willisau pourraient s'engager dans cette réalisation. Sous le patronat des autorités locales et le Service spécialisé pour le conseil et l'intégration des étrangers (FABIA), des mesures pour l'encouragement de la participation sociale et politique de la population migratoire sont élaborées et mises en oeuvre. Le projet vise à apporter une contribution au développement régional afin de montrer que l'inclusion des étrangers aux plans local et régional peut être mieux exploitée.

Expériences faites

Après de longues négociations, le canton, la ville de Lucerne et trois autres communes se sont engagées pour la mise en œuvre du projet. Des mesures stratégiques ont été développées et présentées aux communes concernées. Les autorités responsables étaient prêtes à participer au projet et à mettre en œuvre des mesures concrètes. La réalisation a également été soutenue par la CFM.
Dans la brochure « Faire partie plutôt qu'être divisés. L’engagement de quatre communes lucernoises », le développement et la mise en oeuvre des quatre projets réalisés dans le cadre du projet « Faire partie plutôt qu'être divisés » sont documentés. Les idées rassemblées peuvent être d’un intérêt pour d’autres communes. 

www.hslu.ch

Coordination du projet
Rebekka Ehret
Email: rebekka.ehret( )hslu.ch

Organe responsable : Institut pour la Transformation des Conflits et la Construction de la Paix (ICP)

Ce projet prévoit un bureau d'écoute et de consultation à bas seuil pour les habitants issus des classes sociales défavorisées de la ville de Berne. Ce service s'adresse à des individus, des familles, des communautés, des organisations et des institutions, qui sont concernés par des conflits de tout genre. Il leur donne la possibilité d'aborder leurs conflits de manière active et de les traiter avec un soutien professionnel. Les personnes défavorisées deviennent aptes à prendre en main leurs propres problèmes. Ainsi, ils acquièrent de la confiance en soi, apportent une contribution à leur intégration et participent en tant que citoyens actifs à la société. À long terme, des multiplicateurs seront inclus dans le projet (p. ex. des enseignants, des élèves, des entraîneurs dans des clubs sportifs, des représentants d'associations de migrants, etc.). Ils seront formés en médiation, ce qui leur permettra de populariser une nouvelle culture de la transformation des conflits.

Expériences faites

Le projet a permis la mise en place d’une offre de médiation et de gestion de conflits destinées aux personnes issues de la migration. Ainsi, des conflits de natures diverses ont pu être gérés de manière constructive par la discussion et la médiation. Le projet a ainsi permis aux personnes impliquées de devenir acteurs de la situation et de co-élaborer des solutions communes.
Un autre objectif du projet visait à développer et soutenir une culture de gestion de conflit constructive, non-violente et créative. Plusieurs actions ont permis d’en poser les bases ; il s’agit évidemment d’un processus à long terme qu’il s’agira de poursuivre à l’avenir.
Le projet prévoyait en outre la création d’un réseau composé de personnes-clés, d’associations et d’organisations en contacts avec des populations issues de la migration. Cet objectif n’a que partiellement pu être atteint. En effet, si des échanges ont eu lieu, peu d’organisations se sont montrées intéressée à intégrer l’offre de médiation au sein de leur structure. Certaines actions sont déjà prévues pour travailler cet aspect à l’avenir, et il s’agira pour le porteur du projet de poursuivre ses efforts en vue de créer des synergies avec d’autres offres déjà existantes.  

www.konfliktbuero.ch

Coordination du projet
Tanja Mirabile
Email: mirabile( )iicp.ch

Organe responsable: Centre pour la démocratie Aarau

Une équipe interdisciplinaire du « Centre pour la démocratie d’Aarau » a conçu une plate-forme online multilingue pour la population domiciliée en Suisse. Cette plateforme doit également permettre aux étrangers de participer activement à la vie politique en Suisse. Ce projet est novateur en ce sens que parallèlement aux votations et aux élections nationales auxquelles seuls les ressortissants suisses peuvent participer, toute la population de Suisse, donc aussi les étrangers résidant dans notre pays, pourra exprimer son opinion sur Internet. Par le biais de cette plateforme, les étrangers pourront exprimer, dans leur langue maternelle, leur opinion sur des questions politiques actuelles lors de six votations et des élections nationales. La plateforme online propose des informations sur des votations (contenu, pour et contre, initiateurs, recommandations de votation), ainsi que les bases du civisme suisse. Une équipe de chercheurs évaluera et analysera les données des utilisateurs ainsi que celles d'une enquête parallèle en ligne.

Expériences faites

En 2010, le « Zentrum für Demokratie » (Centre pour la démocratie) à Aarau a lancé sa plateforme Internet baloti.ch. Au cours d’une phase pilote de deux ans, cette plateforme a donné la possibilité à des personnes ayant ou non le droit de vote et d’élection de découvrir ou d’en apprendre davantage sur le système politique de la Suisse. Les contenus du site Web ont été traduits en onze langues. Les personnes intéressées ont ainsi pu s’informer à propos de quatre projets de votation populaire ainsi que sur les élections nationales et exprimer leur opinion par e-voting. En parallèle à ce programme proposé sur le site Web, le comportement en matière d’élections et de votations de la partie de la population ne disposant ni du droit de vote ni du droit d’élection a fait l’objet d’une recherche scientifique; leurs motivations et leur comportement face aux votations ont été analysés de manière qualitative.

Bien que les interviews réalisées avec des utilisateurs du site Internet aient fourni de précieuses indications, les objectifs fixés quant à la participation au e-voting n’ont de loin pas été atteints. En effet, il n’y eut qu’environ 10% de la participation espérée. Dans un futur projet, il conviendrait de lier la possibilité d’un e-voting à des événements offline concrets proches des citoyens. Des articles de presse réguliers sont importants en vue de rendre le public attentif à cette offre. Par ailleurs, les partenaires locaux ayant de vastes contacts avec la population constituent des facteurs de réussite. Il faudrait aussi envisager des restrictions quant au rayon géographique. En outre, il conviendrait de trouver de bonnes accroches concrètes stimulant l’intérêt des utilisateurs po-tentiels pour cette cyber-plateforme.

www.baloti.ch

Coordination du projet
Uwe Serdült
Email: uwe.serdult( )zda.uzh.ch

Organe responsable: Bureau de l’intégration et de prévention du racisme, Fribourg

Le projet «Communes sympas» s’inscrit dans le droit-fil du projet «Marly sympa» qui a été en 2009 lauréat du Prix suisse de l’intégration. Ce concept part de l’idée que la participation active de la population résidente à la collectivité augmente la qualité de vie dans la commune. Ce projet part donc du principe que l’intégration constitue un processus commun qui concerne tous les acteurs de la société politique et civile, et qui doit intervenir sur place. Voilà qui explique pourquoi ce projet prévoit de continuer à développer le concept initial appliqué à la commune de Marly, de le mettre en œuvre dans cinq autres communes du canton de Fribourg. La formation d’«agents sympas», à savoir de messagers et d’agents de transmission entre les communes et la population constitue l’élément central de ce projet. Les futurs «agents» sont des personnes issues de la population locale qui sont disposées à s’engager activement en faveur de la cohabitation au sein de la commune. Pour ce faire, un enseignement approprié leur est dispensé et ces agents bénéficient d’un coaching accompagné d’échanges d’expériences. En outre, une plateforme d’échanges et un groupe d’accompagnement compétent soutiennent tant les communes que les agents dans la mise en œuvre des activités. La coordination globale et le monitoring de cette collaboration sont assurés par le Bureau cantonal du Délégué à l’intégration. La Haute Ecole Fribourgeoise de travail social (HEF) lui apporte son soutien en procédant au fur et à mesure à l’évaluation du projet.

Expériences faites

Le projet a permis la mise en place de la formation « Agents sympas » dans quatre communes du canton de Fribourg. La formation a été développée en collaboration avec les Communes participantes, sur la base des expériences faites à Marly. L’un des points forts de cette formation est son adaptabilité aux besoins spécifiques des différentes communes. Ainsi, elle s’alimente des actions déjà menées et permet de les renforcer. Par ailleurs, le projet a permis la mise en place d’un réseau d’échange entre agents sympas, conseils communaux et organes cantonaux, sous forme de rencontres, de formation continue ainsi que de journées d’échange.
Dans les communes participantes, le projet a permis à la population migrante de s’impliquer en tant que membres des organes responsables du projet local, en tant qu’agents sympas, ou encore en tant qu’initiateurs de projets favorisant le vivre ensemble.
Des nombreux apprentissages faits au cours du projet est né un « Memento ». Ce dernier rassemble quantité de conseils pratiques, de témoignages et d’outils permettant d’accompagner les différentes étapes de la mise en place d’un tel projet. Nul doute que cet outil très bien documenté saura se rendre utile à d’autres Communes, dont certaines ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt.
Le Memento peut être commandé en version CD-Rom auprès du Bureau de l'intégration et de prévention du racisme du canton de Fribourg.

Table des matières du Memento

www.communes-sympas.ch

Coordination du projet
Bernard Tétard
Email: TetardB( )fr.ch

Organe responsable : IG Café Secondas

«Café Secondas» est une association menée par des femmes issues de la migration. Elle a pour but de renforcer l'assurance des femmes étrangères de deuxième génération, afin qu'elles ne vivent pas entre, mais avec deux cultures. «Café Secondas» les soutient à développer leur potentiel et à agir en tant qu'exemples dans la société. L'organisation attache une grande importance à la formation et à la qualification de ses membres. De ce fait, elle propose chaque mois des conférences traitant de problèmes spécifiques liés aux femmes et à la migration. Un programme de mentorat permet à des jeunes secondas de trouver du soutien dans la recherche de leur identité auprès de leurs aînées. En outre, «Café Secondas» a pour objectif de sensibiliser l'opinion publique sur les performances de Secondas dans la société, l'économie, la politique et la culture. Pour ce faire, l'association accomplit du travail de relations publiques et prend position sur des questions diverses. Elle dispose également d'un réseau d'expertes, qui peuvent être consultées sur des thèmes spécifiques. L'organisation s'engage pour l'égalité des chances et se bat contre la discrimination et les préjugés.

Expériences faites

Par la mise sur pied de workshops et de manifestations publiques, le projet a non seulement contribué à renforcer la confiance des participantes dans leur potentiel, mais leur a aussi fourni des outils leur permettant de s’engager dans la sphère publique. Un facteur important dans cette réussite est la possibilité offerte aux participantes de s’impliquer dans l’élaboration du projet lui-même, que ce soit par le choix des thématiques traitées ou en s’investissant dans l’organisation des événements. En outre, l’association « Café Secondas » s’est positionnée comme un interlocuteur privilégié pour les questions touchant aux femmes de la deuxième génération.

www.cafesecondas.ch

Coordination du projet
Bettina Kiedl
Email: bettina.kiedl( )cafeseondas.ch
 

Organe responsable: CAUX – initiatives et changements

« CAUX – initiatives et changements » est une fondation d'utilité publique axée sur la prévention des conflits, la promotion de la paix, le dialogue interculturel, l'éthique économique et l'élaboration de la confiance. Aux yeux de cette fondation, l'intégration des migrants et des migrantes dans la vie sociétale est une nécessité incontournable. La conférence qui aura lieu en juillet 2011 et qui aura pour thème « Vivre ensemble la diversité – diaspora et promotion de la paix» mettra l'accent sur les possibilités de participation à la vie politique des communautés de diaspora en Suisse. Elle mettra en évidence leur contribution en vue de créer une société ouverte et culturellement diversifiée. Cette conférence qui se déroulera sur une semaine permettra l'échange d'exemples pratiques couronnés de succès. L'objectif de cette conférence est aussi de renforcer les participants en ce qui concerne leurs compétences en matière de formation et d'expression d'opinions. Simultanément, cette manifestation permettra aux participants d'aborder en profondeur les principes démocratiques et les droits fondamentaux. A l'issue de la conférence, afin de soutenir à long terme les communautés de diaspora, il est prévu de proposer d'autres offres dans les domaines de la médiation, de l'accompagnement, de l'élaboration de la confiance, de la conduite de dialogues et du développement du pouvoir d'agir.

Expériences faites

Le projet a réussi à mettre sur pied une conférence de 5 jours couronnée de succès et accessible à tous. Grâce aux modules de formation continue, les participants ont acquis des compétences-clés importantes en matière de participation politique. Ainsi le projet a-t-il fourni une prestation claire en vue de renforcer la prise de conscience et les ressources. Il a aussi attiré l'attention sur son propre rôle et sur les possibilités qu'il offre en matière de participation politique. Par ailleurs, il a été possible d'élaborer un important réseau d'organisations de migrants souhaitant prendre part à la vie sociopolitique en Suisse. Enfin, depuis lors, il existe un échange avec plusieurs organisations; dans ce contexte, la Fondation CAUX est à disposition en tant qu'organisme de soutien. Il a lieu depuis ce temps-là un échange régulier avec plusieurs organisations pour lesquelles la Fondation CAUX est à disposition comme organe de soutien.

www.caux.ch

Coordination du projet
Nina Frei
Email: nina.frei( )caux.ch
 

Organe responsable: Direction nationale de la Jungwacht Blauring Suisse, Lucerne

Jusqu'à ce jour, les personnes issues de la migration et les personnes des couches inférieures de la population n'étaient que marginalement représentées au sein de l'Association Jungwacht Blauring Suisse (Jubla). Le projet proposé engage un processus d'ouverture des structures de l'association à moyen et long terme. Dix projets-pilotes qui se dérouleront dans des communes suisses alémaniques promouvront de manière ciblée la participation d'enfants et d'adolescents issus de la migration et provenant de la couche inférieure de la population, à des activités de la Jubla. L'accès aux activités de loisirs de cet organisme devrait être facilité grâce à des offres basiques. Par ailleurs la Jubla cherche à établir une coopération avec d'autres acteurs œuvrant dans le domaine du travail en faveur des enfants et de la jeunesse. A travers l'offre dite ouverte, le projet cherche à motiver les enfants à participer aux groupes de jeunes de l'Association. Au sein des structures participatives, les enfants apprendront à se développer en tant que citoyens et citoyennes actifs. L'Association les encouragera à assumer des responsabilités en son sein et dans le cadre de la commune. Le projet-pilote vise à recueillir des expériences en vue de savoir comment atteindre le groupe-cible. Sur la base de ces expériences-là, il s'agira ensuite de développer une pratique associative et d'ouvrir durablement les structures de l'association.

Expériences faites

Le projet a partiellement réussi à ouvrir l'association à des enfants et des adolescents issus de la population des migrants. En effet, des enfants issus de la migration ont pu être admis et être intégrés dans les divers groupes que compte cette association. Les chefs de groupes ont participé à des ateliers de sensibilisation et ont ainsi pu élargir leurs compétences interculturelles. Les expériences ainsi réalisées pourront être utiles à l'association faîtière grâce aux modules et aux instruments développés. Malheureusement, la collaboration et la mise en réseau avec les groupes et les associations étrangers n'ont pas été réalisables. De fait, le projet n'a pas encore pu assurer une ouverture efficace et durable ainsi qu'une participation de la population étrangère au sein de l'association, mais grâce au processus de changement qu'elle a entrepris, l'association s'efforcera d'y parvenir même après la clôture du projet.

www.jubla.ch

Coordination du projet
Martin Kathriner
Email: martin.kathriner( )jubla.ch
 

Organe responsable: Bureau lausannois pour l'intégration des immigrés, Lausanne

En 2003, le canton de Vaud a introduit le droit de vote et d'éligibilité des étrangers sur le plan communal. Le projet «Une ville multiple, une citoyenneté commune» a pour objectif d'améliorer la participation politique des étrangers ayant le droit de vote et d'éligibilité dans la commune de Lausanne. La municipalité a recouru à une vaste gamme de mesures. Ainsi, dans cinq quartiers lausannois où réside une partie importante de la population étrangère ont lieu des séances d'information expliquant aux étrangers le fonctionnement des institutions politiques et leur montrant comment ils peuvent participer aux décisions. Pour que ces mesures atteignent le groupe cible, la municipalité collabore étroitement avec la population locale. Par ailleurs, la municipalité utilise divers canaux d'information. Une campagne de publicité au cinéma, des actions cartes postales et des affiches complètent le travail d'information personnel. La municipalité propose en outre diverses visites permettant aux participants de mieux connaître les institutions publiques importantes. Au cours de ces visites, on explique aux participants les tâches et les méthodes de travail de ces institutions ainsi que leur incorporation dans l'environnement politique. Les «cafés politiques» constituent un autre élément important du projet. Dans ce contexte, la municipalité organise dans ces quartiers des débats politiques sur des sujets, tels que la politique d'intégration de la municipalité, la politique du travail, l'intégration professionnelle, la démocratie d'aujourd’hui, la politique en matière d'habitat et la politique en faveur de la petite enfance.

Expériences faites

Le large éventail en activités a su toucher un public nombreux et diversifié. Les séances d'informations sur les droits politiques ont permis aux personnes qui n'avaient jamais voté de comprendre le processus des votations communales, de s'exprimer et de rencontrer les représentants politiques de manière plus directe. Grâce au projet, de nouveaux réseaux à l'interne de l'administration mais aussi entre les milieux politiques et associatifs lausannois et les associations de quartiers ont pu se mettre en place. Dans l'objectif d’informer les lausannois sur leurs droits politiques, la ville souhaite que ce projet débouche sur des actions à long terme.

www.lausanne.ch

Coordination du projet
Pierre-Antoine Schorderet
Email: bli( )lausanne.ch

Bilan
 

Organe responsable: Forum pour l'intégration des Migrantes et des Migrants FIMM

Le projet-pilote intitulé «Forum pour l'intégration» met à profit les expériences faites jusqu'à présent par le FIMM. Il combine ces expériences aux acquis sur l'efficacité des réseaux de migrants, en vue de l'intégration. En tant qu'acteurs économiques de la société civile, les membres du FIMM s'occupent activement des questions sociales, économiques, religieuses, politiques et culturelles de la vie en société, dans le respect des droits de la personne. Proche de la base, le FIMM encourage la mise en réseau, l'échange d'idées et l'approfondissement de thèmes relevant de la migration et de l'intégration. Le projet est mis en œuvre par des migrants bénévoles engagés. Les groupes de travail, institués de manière thématique, abordent les questions les plus diverses en la matière et élaborent des propositions en vue de leur réalisation. Leurs travaux aboutissent à divers «produits» : newsletter, documents de synthèse, prises de position sur des questions d'actualité dans le domaine de la migration et de l'intégration ainsi que concepts de marketing et de communication.

Expériences faites

Grâce à l'excellent travail réalisé par le Secrétariat, mais aussi à l'inlassable engagement bénévole des délégués au sein des groupes de travail de l'association, les objectifs annuels que cette association s'était fixés ont non seulement pu être atteints mais aussi en partie dépassés. Dans le cadre des projets réalisés en 2011, FIMM Suisse, le Forum pour l'intégration des migrants et des migrantes, a ouvert des possibilités en vue de leur participation sociétale et leur a donné l'occasion d'exprimer leur avis ainsi que leurs demandes dans le discours public. Des personnes qui se sont engagées activement au sein des structures de l'association ont pu apporter leurs compétences professionnelles, politiques et transculturelles au sein d'organismes s'engageant en faveur des immigrés. Ils ont ainsi pu présenter des ébauches de solutions et proposer des modifications en vue de pallier des points faibles sur les plans sociétal, politique et social ainsi que participer à un dialogue commun.

www.fimm.ch

Coordination du projet
Christine Müller
Email: christine.mueller( )fimm.ch
 

Organe responsable: Commission Consultative Suisses immigrés, Yverdon-les Bains

En 2003, le droit de vote et d'éligibilité sur le plan communal a été introduit en faveur de la population étrangère. Des recherches ont démontré qu'il existe chez les nouvelles personnes disposant de ce droit un besoin de se familiariser avec les formes de participation politique. La Commission Consultative Suisses Immigrés lance par conséquent un projet-pilote en vue de promouvoir, à Yverdon-les-Bains, la participation aux élections et votations non seulement des étrangers, mais aussi des personnes nouvellement naturalisées et des jeunes citoyens suisses ayant le droit de vote. La familiarisation avec les formes de participation politique et la formation continue sur le thème de la citoyenneté sont dispensées par huit animateurs. Ils ont reçu à cet effet un enseignement donné par un professionnel de la Haute Ecole Pédagogique (HEP) du canton de Vaud. Ces animateurs organisent chacun, au sein de leur réseau, des ateliers pour transmettre des connaissances orientées sur la pratique concernant la participation politique et certains éléments théoriques primordiaux concernant le paysage politique de la Suisse. La collaboration avec la HEP et les huit animateurs permet d'assurer, d'une part, l'accessibilité des groupes cible et, d'autre part, la transmission du savoir selon les derniers acquis scientifiques et pédagogiques. Si le projet remporte le succès escompté il pourra être utilisé comme modèle pour d'autres futurs projets et étendu à d'autres groupes cible.

Expériences faites

Le projet a d'une part, réussi de mettre en valeurs le savoir faire de migrants. À travers la formation d'animateurs issus de la population migrante, leur reconnaissance par les communautés respectives a pu être favorisée. Il s'est également avéré fort important d'offrir des ateliers dans la langue des différents communautés, afin d'apporter une première information sur le multipartisme et fédéralisme en Suisse. Le projet n'aura cependant pas réussi à favoriser l'augmentation de la participation des étrangers aux élections communales d'Yverdon-les-Bains. La curiosité des migrants reste présente, mais les thèmes sont trop compliqués et peu concrets. Le travail de sensibilisation aux objets civiques doit continuer dans un cadre plus ludique. La participation aux élections ne peut être qu'un objectif à long terme.

Coordination du projet
Katja Blanc
Email: Katja.blanc( )yverdon-les-bains.ch
 

Organe responsable: cdf – L’ONG des féministes pour la paix

Le projet «Teilnehmen – Teilhaben» se fixe pour but de promouvoir la participation de migrantes. Le projet de mentoring en cours, qui se déroule de septembre 2010 à août 2011, en constitue l'activité principale. Le cfd soutient 15 femmes issues de la migration dans leurs efforts pour s'engager sur le plan politique. A cet effet, le cfd organise d'une part des ateliers de travail au sein desquels les participantes se familiarisent avec les institutions, les processus et les mécanismes politiques. D'autre part, elle leur ouvre la possibilité de se mettre en réseau dans le champ politique. Le cfd met à disposition une femme mentor pour chacune des participantes en vue d'assurer un travail d'information et de mise en réseau aussi efficient que possible. Ces mentors disposent d'expériences en matière de participation politique, sont elles-mêmes actives sur le plan politique et mettent leur réseau à la disposition des participantes en les soutenant dans leurs efforts pour être des citoyennes actives. Les participantes prennent ainsi part aux activités de leur mentor, peuvent bénéficier de leur expérience et accéder à un réseau politique. Un groupe de professionnelles œuvrant dans les domaines de la migration, de la participation et de l'égalité des sexes accompagne ce projet. L'intégration socio-politique des migrantes et la diffusion du projet sont soutenues par un travail d'information ciblé.

Expériences faites

Tous les mentors qui s'y sont impliqués ont déclaré que leur participation au projet leur avait permis d'acquérir des compétences et de la confiance en soi. Au cours du projet, plus d'un tiers des femmes a commencé à s'engager dans le domaine politique ou sociétal. Le cycle d'une année a permis aux tandems de mentoring de faire nombre d'expériences impressionnantes. Bien que l'intérêt suscité par le projet ait toujours été important, le manque de temps des mentors a constitué un grand défi pour la direction du projet. Il n'est pas possible de prévoir si les réussites du projet auront aussi à long terme un impact sur la durabilité des possibilités de participation et sur l'ouverture en faveur de la population étrangère sur le plan institutionnel. Un nouveau projet faisant suite au premier a été lancé pour permettre davantage d'expériences et acquérir plus de connaissances.

Coordination du projet
Theodora Leite Stampfli
Email: theodora.leite( )cfd-ch.org
 

Organe responsable: cdf – L’ONG des féministes pour la paix

Le projet „Participer“ s’est déroulé pour la première fois de 2010 à 2011. Une deuxième étape du projet permet de consolider les éléments acquis. Dans cette seconde phase, le „cfd“ soutient quinze femmes issues de la migration dans leurs efforts pour s’engager politiquement. À cet effet, le „cfd“ organise d’une part, des ateliers au sein desquels les participantes se familiarisent avec les institutions, les processus et les mécanismes politiques. D’autre part, elle leur ouvre la possibilité de se mettre en réseau dans le champ politique. Le „cfd“ met à disposition une femme mentor pour chacune des participantes, en vue d’assurer un travail d’information et de mise en réseau efficace. Ces men-tors disposent d’expériences en matière de participation politique et sont elles-mêmes actives en politique. Elles mettent leur réseau à la disposition des par-ticipantes et les soutiennent dans leurs ambitions d’être des citoyennes actives. Les participantes prennent ainsi part aux activités de leur mentor, peuvent bénéficier de leur expérience et accéder à un réseau politique. À travers ce tandem mentor-participante, d’autres font la connaissance de ce projet. Ceci permet de sensibiliser particuliers et institutions aux barrières qui empêchent la participation politique des femmes migrantes.

Expériences faites

Par la mise en œuvre de ce programme de mentorat, le projet est parvenu à ouvrir de nouvelles possibilités de participation aux femmes y ayant participé. Ces dernières retirent de cette expérience non seulement une grande satisfac-tion personnelle, mais aussi une volonté renforcée de s’impliquer dans la so-ciété civile. Ainsi, la grande majorité des femmes ayant bénéficiés des conseils d’une mentor est à présent active au sein de diverses associations ou institutions.
Le projet avait en outre la volonté de sensibiliser les institutions dont sont issues les mentors aux barrières structurelles mettant un frein à la participation politique des femmes issues de la migration. Si cet objectif est partiellement atteint, il n’en demeure pas moins un travail de longue haleine. Le rapport d’expériences réalisé sur la base des enseignements tirés de ce programme de mentorat pourra se révéler un outil précieux dans cette tâche, pour autant qu’il soit largement diffusé et que les institutions approchées se montrent sensibles à cette nécessité de mettre en place des mesures spécifiques en vue de favoriser l’accès de la population migrante à leurs propres structures.

Rapport d'expériences (Version allemande uniquement)

Coordination du projet:
Mithra Akhbari
Email: mithra.akhbari( )cfd-ch.org

Organe responsable: Humanrights.ch / MERS

Pour l'encouragement de l'intégration d'immigrés, les formateurs de cours jouent un rôle important en tant que multiplicateurs. En effet, outre l'enseignement de la langue locale, on délègue à ces formateurs de cours également la tâche exigeante de transmettre aux immigrés les formes locales de communication et d'interaction. Le présent projet vise à rendre les formateurs aptes à aborder le thème des droits fondamentaux et des droits de l'homme dans le cadre de leurs cours. On leur enseigne à axer les thèmes des droits de l'homme sur leur groupe-cible en utilisant un langage accessible. Par le biais d'un accès aux thèmes des droits de l'homme proche de la pratique, on leur prodigue les connaissances et la didactique nécessaires. Dans une première étape, du matériel spécifique sur quelques sujets des droits de l'homme concernant la Suisse ont été développés et les aides didactiques correspondantes ont été élaborées. Dans une seconde étape, ce matériel a été testé à l'occasion d'une formation continue pour formateurs de cours, puis évalué et adapté si nécessaire. L'évaluation a montré que les participants à ce cours disposaient des aptitudes adéquates pour inclure ce thème dans leur enseignement et ainsi le diffuser pratiquement lors des cours. Ce projet-pilote s'est donc achevé avec succès. Le matériel correspondant destiné aux formateurs de cours peut être commandé auprès de MERS.

Expériences faites

Grâce au projet, lors de la première étape, du matériel spécifique à quelques thèmes axés sur la Suisse concernant les droits de l'homme a été développé et des aides didactiques élaborés. Dans une deuxième étape, ce matériel a été testé, évalué et si nécessaire adapté au cours d'une formation continue destinée aux moniteurs de cours. L'évaluation a révélé que les personnes ayant participé au cours disposent désormais de compétences en vue d'intégrer ce thème à l'enseignement et dès lors de dispenser cette matière dans la pratique de l'enseignement. Ce projet-pilote a été achevé avec succès. Du matériel ad hoc destiné à des moniteurs de cours peuvent être commandés auprès de MERS.

www.humanrights.ch

Coordination du projet
Isabel Brändli
Email: isabel.braendli( )humanrights.ch

Organe responsable: Institut suisse pour l'empowerment éthique – ISEE

L'Académie des quartiers, un projet éducatif pour les jeunes citoyennes et citoyens âgés entre 12 et 26 ans, est un projet de l'association d'utilité publique ISEE. Ce projet a pour objectif de sensibiliser les jeunes aux questions de société et de les motiver à s'engager et à participer aux décisions. Dans les discussions, on aborde tant des questions relatives aux droits humains, à la démocratie, à la pluralité de la société et au développement durable que d'explorer les possibilités de prendre part de manière active et autodéterminée à la vie sociale, politique et professionnelle. L'autre champ d'apprentissage et de travail vise à permettre aux jeunes d'approfondir leurs connaissances et leurs aptitudes puis de les intégrer dans des projets individuels ou collectifs. Le projet-pilote est réalisé dans le canton de Fribourg. Les modules développés sont testés, évalués et adaptés en collaboration avec des organisations locales s'occupant de la jeunesse. Ensuite, le concept conçu par l'Académie des quartiers pourra être adopté par d'autres cantons et communes. L'association recherche une collaboration avec d'autres acteurs de l'Etat et de la société civile, en particulier avec les organisations qui s'engagent en faveur des objectifs de l'ONU pour le millénaire.

Expériences faites

Le projet a réussi à sensibiliser des adolescents et de jeunes adultes à des questions sociétales importantes, telles que la citoyenneté, la démocratie et le développement durable. Les divers modules et les projets communs ont clairement apporté une contribution en vue de l'encouragement à leur participation, ceci dans l'esprit d'une citoyenneté active et d'un empowerment. Le projet a aussi réussi à atteindre des communautés de migrants à les inclure dans ledit projet. La coopération entre les diverses organisations a encouragé la prise de conscience que la collaboration renforce chacune des associations tout en réduisant l'esprit de compétitivité.

A Fribourg, le modèle de l'Académie de quartier a pu être repris par deux associations et a de plus donné une impulsion en vue de nouveaux projets. Les régions de Berne et de Bienne se montrent d'ores et déjà intéressées par la reprise du concept de l'Académie de quartier.

Evaluation

www.isee-projects.org

Coordination du projet
Corinne Ziegler
Email: corinne.ziegler( )isee-projects.org

Organe responsable: Association albinfo.ch

Le projet albinfo.ch prévoit la mise en place d'une plateforme Internet professionnelle. Les personnes de langues albanaise, allemande et française en Suisse et au Kosovo pourront ainsi obtenir des informations quotidiennes neutres d'un point de vue politique et confessionnel et participer à des débats. Ce projet transnational axé sur l'intégration poursuit trois objectifs: premièrement, il encourage l'intégration sociale de la population albanophone vivant en Suisse ou qui y a vécu un certain temps. Deuxièmement, il aborde les besoins spécifiques en matière d'information et de prestations de service de la population albanophone, reprenant des thèmes des pays de provenance et de la Suisse. Troisièmement, il vise à rendre la population albanophone apte à jouer un rôle plus important dans les processus d'intégration et de développement, que ce soit dans les pays de provenance ou en Suisse. Une rubrique spéciale relative au thème de la formation active de l'opinion politique et de la participation en Suisse comporte des informations sur la politique ainsi que sur les droits politiques suisses tant au sens strict qu'au sens large. Cette rubrique contient des portraits de politiciens, des forums virtuels et des enquêtes portant sur des thèmes politiques. La Direction du développement et de la coopération (DDC) et la CFM cofinancent ce projet.

Expériences faites

Le projet s'est avéré être un succès. La plateforme présente une couverture médiatique systématique, constructive, originale et répond à des sujets qui préoccupent la diaspora albanophone en Suisse, mais aussi les populations vivant dans les Balkans. Une année après son lancement, fin 2010, la plateforme compte plus de 100'000 visiteurs par mois et ce nombre est en augmentation. Il n'est pas rare que les informations d'albinfo.ch soient reprises par d'autres médias albanophones en Suisse et dans les Balkans, voire même par la presse suisse. Ainsi, albinfo.ch est devenue la référence pour les médias suisses qui souhaitent traiter des Balkans ou de ses communautés en Suisse.

www.albinfo.ch

Coordination du projet
Bashkim Iseni
Email: info( )albinfo.ch

Organe responsable: Musée d'histoire de Baden

De septembre 2010 à janvier 2011, le Musée d'histoire de Baden présentera l'exposition «Global Town Baden – Portrait d'une région urbaine». Le cœur de cette exposition est constitué de 30 portraits vidéo d'habitantes et habitants de Baden et des environs. On y trouve d'une part des portraits d'immigrés qui racontent d'où ils viennent, comment ils se sont acclimatés à Baden et comment ils participent ou voudraient participer à la vie sociale et politique de leur nouveau lieu de domicile. D'autres portraits vidéo concernent des autochtones qui ont grandi à Baden ou dans la région et ont ou ont eu de nombreux contacts avec des étrangers. L'approche biographique participative constitue également un élément important de la citoyenneté. En tant que citoyens disposant ou non du droit de vote, ils sont confrontés à des questions importantes pour eux en tant que personnes faisant partie de la communauté. En collaboration avec le service d'intégration de la Ville de Baden, des forums seront mis sur pied durant l'exposition. Sur la base des propos tenus dans ces portraits vidéo, des questions relatives à la participation aux processus politiques sur les plans communal et cantonal sont discutées. A la fin de l'exposition, il est prévu que le forum soit ancré dans la commune de Baden et ouvre ainsi à la population étrangère de Baden des possibilités de participation politique.

Expériences faites

Le projet a bien réussi à rendre visible des processus de l'émigration et de l'immigration dans le contexte régional d'un centre d'agglomération moderne ainsi qu'à thématiser des questions portant sur la citoyenneté active d'étrangers. L'exposition a ainsi offert un accès basique et a aussi pu atteindre des groupes-cibles peu formés. Une série de manifestations a pu être mise sur pied en collaboration avec le Forum de l'intégration. La création du Forum de l'intégration de Baden représente en quelque sorte une ouverture institutionnelle, étant donné que la ville de Baden s'est engagée – par le biais du service de l'intégration – à soutenir le Forum de l’intégration tant financièrement qu'en matière de personnel au cours des prochaines années également. Néanmoins, le rôle que jouera ce forum à l'avenir doit être défini avec davantage de précision.

www.museum.baden.ch

Coordination du projet
Barbara Welter
Email: barbara.welter( )baden.ag.ch

Organe responsable: Commune de Chiasso, culture en mouvements

Le projet de la commune de Chiasso souhaite lancer une discussion approfondie sur la démocratie et les droits démocratiques. La commune compte 42% d'étrangers et la plupart d'entre eux ont passé l'essentiel de leur vie dans la commune ou y sont même nés. Le projet vise à approfondir la discussion sur la représentativité démocratique des étrangers et sur les droits et les formes démocratiques au sein de groupes de travail. Les autorités communales devront examiner les propositions et autant que possible les mettre en œuvre. Des cours seront donnés aux migrants pour qu'ils acquièrent des connaissances sur les règles fondamentales du système politique. En outre, la commune de Chiasso souhaite créer un Forum des étrangers. Après une phase-pilote, ce Forum doté des compétences et des instruments nécessaires serait intégré aux structures ordinaires existantes.

Expériences faites

Le projet a révélé que la participation de la population résidente aux processus politiques ne va pas de soi. Grâce aux diverses manifestations, la commune a réussi à mettre en contact des représentants des milieux politiques et de l'administration avec des segments de la population qui ne s'impliquent habituellement que peu sur le plan politique. Le Forum des étrangers prévu a donc pu être mis sur pied. Il n'a toutefois pas été possible de lui conférer un caractère consultatif ni de l'intégrer dans les structures en place.

www.cittadinanzattiva.ch

Coordination du projet
Commune di Chiasso
Servizi e attività sociali
Piazza Bernasconi 1
6830 Chiasso

Andrea Banfi
Email: andrea.banfi( )chiasso.ch

Organe responsable: Service de la cohésion multiculturelle

Afin de favoriser l'exercice actif des droits de citoyen et d’améliorer la compréhension de leurs bases, le canton de Neuchâtel a élaboré une charte des droits et obligations du citoyen. Il remet cette charte à tous les nouveaux venus dans le canton, qu'ils soient Suisses ou étrangers. La charte a été rédigée dans un langage compréhensible et elle est disponible dans plusieurs langues. Elle explique les principes de l'organisation démocratique du canton et de la Suisse, encourage les nouveaux venus à exercer leurs droits de cité et attire leur attention sur les dispositions constitutionnelles à respecter. La charte doit maintenant être implémentée dans les communes du canton par le biais d'un train de mesures en 17 parties. Ainsi, par exemple, des employés d'administration ou des formateurs de cours de langue et d'intégration devront être formés en fonction des groupes-cibles visés. Les instruments développés devront aussi être mis à la disposition des autres cantons intéressés. Une évaluation externe analysera le concept, la mise en œuvre du projet et son efficacité.

Expériences faites

Grâce au projet, la distribution de la charte fait désormais parti intégrante du dispositif d'accueil et d'information des nouveaux arrivants dans le canton de Neuchâtel. Son introduction dans les cours de langue et d'intégration représente également un moyen de diffusion et d'explication efficace de son contenu. La formation des représentants des services communaux au contenu de la Charte et à son utilisation a permis aux institutions directement concernées, d'accumuler un savoir-faire favorable à la promotion de l'intégration. L'application concrète de la démarche « Droits civiques et intégration » dans d'autres cantons n'a pas encore pu être réalisée, mais plusieurs cantons ont déjà manifesté leur intérêt.

www.ne.ch/cosm

Coordination du projet
Ingela Geith-Chauvière
Email: ingela.geith-chauviere( )ne.ch

Organe responsable: CSAJ

Le Conseil suisse des activités de jeunesse CSAJ souhaite s'engager davantage dans le domaine du travail transculturel. Il souhaite encourager des jeunes issus de la migration à participer à l'aménagement de la politique de l'enfance et de la jeunesse. Au sein même du CSAJ, les structures doivent être adaptées et des offres développées afin que les jeunes migrants ainsi que leurs organisations puissent y avoir accès. Ils devraient aussi assumer un rôle actif tant dans les cénacles que dans les projets du CSAJ. Dans le cadre d'un concept global, trois modules sont développés et mis en œuvre.

  1. Le module «Mesures internes» étudie les structures existantes et les adapte pour en améliorer l'accès au groupe-cible;
  2. le module «Empowerment» est axé sur les besoins exprimés par ses membres. Il offre des lieux de sensibilisation, de formation, d'échanges et de rencontre;
  3. grâce au module «Pilote», le CSAJ lance des projets permettant de générer des connaissances professionnelles.

Enfin, le projet «Vaieta» doit indiquer de manière exemplaire comment parvenir à l'ouverture d'organisations de jeunesse. Le projet «Speak-out» doit permettre aux requérants d'asile mineurs non accompagnés d'entrer en contact avec les instances politiques et avec des personnes de leur âge.

Expériences faites

Les structures internes de l'association ont pu être sensibilisées au thème de la participation politique de jeunes migrants. Cependant, il a été difficile de promouvoir le contact avec des associations de jeunes et de migrants. Toutefois, le projet a réussi à attirer l'attention des associations de jeunesse sur les demandes de jeunes migrants. Les difficultés survenues lors du déroulement du projet démontrent cependant que les processus d'ouverture nécessitent davantage de temps. Le projet partiel intitulé «Speak out» a mis en évidence que les requérants d'asile mineurs non accompagnés sont aptes à formuler des messages politiques constructifs et à trouver leurs propres solutions à leurs problèmes. Le projet met en relief le rôle d'organisations de jeunesse en tant que lieux de socialisation et de développement de compétences et montre le rôle important qu'elles jouent dans l'intégration de jeunes migrants.

www.csaj.ch

Coordination du projet
Emilie Graff
Email: emilie.graff( )csaj.ch

Organe responsable: Haute école du travail social – Centre de compétence Migration et coopération au développement

Le projet est constitué de deux projets partiels. Le premier volet comprend une étude de faisabilité. Dans le cadre de cette étude, un canton, et au moins une commune, seront choisis qui aspirent à un processus de changement dans la politique de l'emploi. Au sein des administrations respectives, des organes de décision seront choisis. Les mesures stratégiques sont ensuite développées en collaboration avec des organisations de migrants. L'objectif est de parvenir à un «Diversity Mainstreaming» pertinent dans l'administration publique. Les employés d'administration doivent être sensibilisés et formés. Les compétences transculturelles acquises leur faciliteront leurs contacts avec la population. Par ailleurs, il s'agit de créer des plateformes permettant aux migrants d'exprimer leurs besoins et leurs opinions ainsi que de prendre des décisions sur des questions les concernant. La mesure «participer» va ainsi de pair avec la formule «faire participer».

Expériences faites

Après de longues négociations, le canton, la ville de Lucerne et trois autres communes se sont engagées pour la mise en œuvre du projet. Des mesures stratégiques ont été développées et présentées aux communes concernées. Les autorités responsables étaient prêtes à participer au projet et à mettre en œuvre des mesures concrètes. La réalisation a également été soutenue par la CFM.

Dans la brochure « Faire partie plutôt qu'être divisés. L’engagement de quatre communes lucernoises », le développement et la mise en oeuvre des quatre projets réalisés dans le cadre du projet « Faire partie plutôt qu'être divisés » sont documentés. Les idées rassemblées peuvent être d’un intérêt pour d’autres communes.

Faire partie plutôt qu'être divisés. L’engagement de quatre communes lucernoises (allemand)

www.hslu.ch

Coordination du projet
Rebekka Ehret
Email: rebekka.ehret( )hslu.ch

Organe responsable: Migros-pourcent culturel et la Commission fédérale pour les questions de migration (CFM)

«contakt-citoyenneté» est un programme biennal lancé par le Migros-pourcent culturel et la CFM. Ce programme souhaite encourager des idées novatrices dans le domaine de la migration et de l'intégration qui découlent d'un engagement bénévole et citoyen. Suisses et migrants sont soutenus dans la réalisation de leurs idées et découvrent ainsi leur pouvoir d'agir. Les idées sélectionnées sont soutenues financièrement dans leur réalisation par «contakt-citoyenneté». Les responsables de projet peuvent, s'ils le souhaitent, bénéficier d'une consultation et d'un accompagnement technique.
Le programme soutient des projets de personnes individuelles avec ou sans parcours migratoire, de groupes, d'associations et de communautés de migrants qui, à travers leur engagement bénévole, souhaitent favoriser le «vivre ensemble» interculturel. Les projets financés se distinguent également par l'implication de personnes et de groupes difficiles à atteindre.

Expériences faites

Une mise en œuvre réussie : Les 30 projets primés lors de l’édition 2012/2013 du programme d’encouragement de contakt-citoyenneté ont été mis en œuvre avec succès. Plus de 450 personnes, majoritairement des femmes issues de la migration, ont collaboré aux différents projets au sein d’équipes interculturelles. Bénévoles pour la plupart, elles ont notamment organisé divers événements qui ont attiré quelque 4500 visiteurs. La passion et le dynamisme témoignés par les groupes de travail, mais aussi le nombre élevé de participants aux manifestations mises sur pied dans le cadre des projets attestent du vif intérêt de la population à l’égard des initiatives visant à favoriser la cohabitation interculturelle en Suisse. Autre fait réjouissant, plusieurs ébauches de suivi ont vu le jour: gérées de façon autonome, elles seront le gage d’effets durables.

www.contakt-citoyennete.ch

Coordination du projet
Luzia Kurmann
Email: luzia.kurmann( )mgb.ch

vers le haut Dernière modification 04.06.2015