Mieux tenir compte des demandes et des besoins des migrants et des migrantes âgés

Communiqués, CFM, 18.12.2012

Par le passé, la population migrante âgée n’était thématisée ni dans le domaine de l’intégration ni dans celui du travail en faveur des aînés. L’encouragement de l’intégration ne se focalisait pas sur les seniors et la politique en matière de vieillesse ne s’intéressait que très marginalement aux migrants et migrantes. Comme le démontre une nouvelle étude publiée par la Commission fédérale pour les questions de migration CFM et le Forum national « Age et migration », les demandes et les besoins de la population migrante âgée prendront de plus en plus d’importance.

En moyenne, la population étrangère résidant en Suisse est plus jeune que la population autochtone. Cependant, déjà un cinquième de la population de plus de 65 ans n’est pas né en Suisse. Nombre d’entre eux sont venus en Suisse en tant que « saisonniers », s’y sont établis et y passent maintenant leur vieillesse, à proximité de leurs enfants et petits enfants. D’après l’Office fédéral de la statistique, le nombre des ressortissants étrangers de plus de 65 ans passera d’actuellement 135'000 personnes à 191'000 en 2020. En admettant que la proportion de ressortissants étrangers et de personnes naturalisées (actuellement 50/50 pour les personnes âgées de plus de 65 ans) ne change pas,  quelque 400'000 personnes âgées issues de la migration vivront en Suisse en 2020. Quels sont les demandes et les besoins de ce groupe de la population? Comment le domaine de la prise en charge et des soins aux personnes âgées peut-il s’y préparer ? C’est à ces questions et à bien d’autres encore que tente de répondre la nouvelle étude « Alors nous sommes restés… Les migrantes et les migrants âgés en Suisse », réalisée par Hildegard Hungerbühler et Corinna Bisegger à la demande de la Commission fédérale pour les questions de migration et du Forum national  « Age et migration ».

Sur la base de cette nouvelle étude, un groupe de travail a élaboré des recommandations sur le thème « Vieillesse et migration ». Dans ce contexte, la Confédération, les cantons et les communes sont, par exemple, encouragés à améliorer leurs informations relatives à la vieillesse de manière à ce que toutes les personnes âgées les comprennent. La situation sanitaire et sociale des migrants et des migrantes âgés étant tendanciellement plus mauvaise que celle de l’ensemble de la population, divers services et offices fédéraux sont invités à prendre des mesures pour que cette situation s’améliore. Tandis que de nombreuses personnes âgées de 65 à 80 ans peuvent aménager leur vie de manière active et indépendante, la plupart des personnes du 4e âge sont tributaires de soins et d’un accompagnement. Les institutions de soins et de prise en charge ambulatoires et stationnaires pour les personnes âgées doivent dès lors non seulement garantir l’égalité de chances en ce qui concerne l’accès à toutes les prestations de service pour toutes les personnes nécessitant des soins, mais aussi tenir compte des besoins spécifiques de la population des immigrés âgés.

Documentation

« Alors nous sommes restés... »

Recommandations

Vieillesse et migration

vers le haut Dernière modification 18.12.2012

Contact

Sibylle Siegwart Directrice suppléante et responsable de l’information CFM
T
+41 58 465 85 02
Contact