Un Non clair à l'hostilité face à l'islam

La Commission fédérale pour les questions de migration CFM rejette unanimement l'initiative contre la construction de minarets. La Commission s'engage pour que toutes les communautés religieuses vivant en Suisse puissent construire des églises, des temples et des mosquées (y compris des minarets) lorsque ces constructions s'harmonisent avec la planification urbanistique locale et les dispositions en matière de construction. Le consensus helvétique – obtenu sans dispositions légales – selon lequel aucun muezzin ne devra lancer d'appel aux fidèles depuis le minaret paraît raisonnable à la Commission.

La Commission regrette que cette initiative fasse l'objet d'une votation populaire. L'interdiction de la construction de minarets constitue une restriction au droit de pratiquer librement sa religion; elle constitue une discrimination et concerne des questions d'urbanisme et de construction qui sont du domaine des autorités cantonales et communales. Une interdiction de construction de minarets n'a pas sa place dans la Constitution de la Confédération. De l'avis de la Commission, il conviendrait d'étudier en profondeur les critères auxquels une initiative populaire doit répondre pour être déclarée acceptable. Il se peut que l'argument «infraction au droit international obligatoire» selon laquelle on analyse actuellement les initiatives populaires constitue un obstacle trop facile à franchir.

La CFM craint une mise en danger de la paix religieuse. Les auteurs de l'initiative visent certes les minarets, mais par la même occasion veulent s'en prendre aux personnes appartenant à la communauté religieuse musulmane. Des musulmanes et des musulmans se sentent attaqués. Nombreux sont ceux qui se sentent désécurisés, blessés et exclus. Il en va de même de la grande majorité des musulmans qui ne pratiquent pas ou peu leur religion. C'est ce dont témoignent de nombreuses personnalités. Parmi elles, Kais Fguiri, membre de la CFM, qui écrit dans le blog Swiss Migration News de la CFM: «La blessure provient aussi du fait que l'attaque procède d'un amalgame entre intégristes violents et simples citoyens de confession musulmane.»

De l'avis de la CFM, l'initiative contre la construction de minarets engendre une discussion trompeuse. La Commission en appelle dès lors à remettre au centre des débats politiques des questions concrètes qui ont vraiment de l'importance pour l'intégration. La formation d'imams en fait notamment partie, tout comme la reconnaissance de droit public d'autres communautés religieuses.

Pour que le dialogue interreligieux puisse se poursuivre de manière constructive, il est nécessaire que le 29 novembre prochain l'initiative contre la construction des minarets soit nettement rejetée. Un Non clair ne serait pas pour autant un Oui aux minarets, mais au premier chef un Non à l'hostilité face à l'islam.

Dernière modification 26.10.2009

Début de la page

https://www.ekm.admin.ch/content/ekm/fr/home/aktuell/news/2009/2009-10-26.html