Potentiel

Le sujet du potentiel suscite de nombreux débats depuis l’adoption du nouvel article 121a de la Constitution fédérale. L’attention se focalise sur l’exploitation du « potentiel de main-d’œuvre indigène » qui concerne tant les Suisses que les immigrés. La situation politique actuelle et l’intérêt (médiatique) élevé accordé à la présence de migrants en Suisse soulèvent néanmoins quelques questions quant à la notion de « potentiel ». Tandis que, d’une part, ce sont surtout les milieux économiques qui tablent sur le potentiel des travailleurs étrangers (hautement qualifiés), les migrants se trouvant en Suisse depuis un certain temps sont souvent confrontés à une situation dans laquelle ils sont perçus comme un « groupe à problèmes ». Leur potentiel n’est souvent ni vu ni reconnu et estimé.

La Commission fédérale des migrations CFM s’est donné pour objectif de considérer le débat ayant trait au potentiel sous un autre angle et de présenter en contrepoint d’autres voix que les points de vue conventionnels sur les migrants, mais aussi sur la Suisse en tant que société de migration. Dans sa position «La Suisse, société de migration - 8 pistes de réflexion sur le thème du potentiel», la CFM fait part de ses réflexions sur la notion de potentiel. En complément, la CFM a réalisé des portraits video de dix personnes dotées de potentiel.

 

L’édition de terra cognita de l’automne 2015 présente également des portraits de personnes dotées de potentiel. terra cognita 27 contient en outre de nombreuses contributions passionnantes, qui invitent à réfléchir à la manière dont la Suisse pourrait gérer l’immigration et la diversité en tablant sur les ressources et les compétences des individus. La publication offre un aperçu des projets avec une démarche orientée sur le potentiel et invite à approfondir la conception actuelle de la politique d’intégration. 

Voir les potentiels - et changer de regard 

En 2015, la Commission fédérale des migrations CFM s’est penchée de près sur le thème du potentiel. A l’occasion de sa journée annuelle, elle a invité le public à porter un regard critique sur le débat entourant le potentiel, qui est souvent mené sous le seul aspect de l’intérêt économique. L’on a souligné à plusieurs reprises qu’il s’agit de considérer la Suisse comme une société d’immigration et d’apprendre à gérer la diversité de manière créative. Dans son exposé conclusif, Walter Leimgruber, président de la CFM, a précisé que la migration est une réalisé quotidienne et que les notions de potentiel et d’intégration ne prennent un sens que si on les applique à toutes les personnes. La société postmigratoire est marquée par des pluri-appartenances de nature très différente. Les lignes de démarcation comme « les Suisses et les étrangers », « nous et les autres », n’ont désormais plus de sens.

vers le haut Dernière modification 12.04.2016